Rupteurs de pont thermique – L’exemple de la coopérative Métisse Rupteurs de pont thermique – L’exemple de la coopérative Métisse, Québec

L’utilisation de rupteurs de pont thermique pour des logements abordables envoie le message que ces produits conviennent à tous types de bâtiments.

La coopérative de solidarité habitation Métisse est un immeuble résidentiel de six étages, situé dans le quartier Val-Bélair, à Québec.Parmi les mesures d’économie d’énergie adoptées par la coop Métisse, mentionnons des rupteurs de pont thermique. À noter également que le bâtiment a été construit au moyen de béton additionné de revêtement métallique et de maçonnerie, et enveloppé dans une isolation faite de fibres de laine de roche (résistance thermique minimale de RSI 2.11 [R-12.0]) résistante aux moisissures.

Des tiges d’acier inoxydable pénétrant dans le module de rupteurs de pont thermique sont raccordées à la barre d’armature du balcon et aux dalles intérieures.

Novoclimat exige que les balcons et les dalles en porte-à-faux pénétrant l’enveloppe du bâtiment dans les logements à plusieurs unités comprennent des rupteurs de pont thermique. Les constructeurs ont placé des rupteurs de pont thermique IsokorbMD de Schöck Amérique du Nord entre chaque balcon et la dalle de plancher intérieure pour atténuer le pont thermique tout en supportant des charges équivalentes à des rallonges de balcon monolithique conventionnelles de dalles de plancher intérieures.


    


 


 

 

Les rupteurs de pont thermique se composent de barres d’armature d’acier inoxydable (dont environ un tiers est aussi conducteur qu’une barre d’armature d’acier carbone) pénétrant un module d’isolation de mousse rigide (environ 98 % moins conductrice que le béton), ce qui réduit la perte de chaleur lors de la pénétration jusqu’à 90 %, selon le fabricant.

Les modules de rupteurs de pont thermique sont attachés à la barre d’armature intérieure et extérieure, après quoi les formes sont coulées de manière conventionnelle.

Un rapport publié en juillet 2013 par la société de conseil sur les enveloppes de bâtiments Morrison Hershfield révèle que les rupteurs de pont thermique réduisent considérablement le risque de condensation et de moisissure, ainsi que la consommation d’énergie globale pour le chauffage de 7,3 % par rapport à un bâtiment construit à l’aide de dalles de balcon conventionnelles.


Articles récents

La problématique des ancrages

La problématique des ancrages

Le problème principal dans le choix des ancrages est la méconnaissance de la norme CAN/CSA-A370-14, explique Luc Vaillancourt, président de Senneco.


Lire la suite
Sensibilisation au radon

Sensibilisation au radon

Sensibilisation au radon – Ce que les architectes doivent savoir sur la protection contre le radon dans les bâtiments. À lire un texte de Maxime Duzyk.


Lire la suite
Écomatériaux – Un avant-goût !

Écomatériaux – Un avant-goût !

La 6e édition du Rendez-vous des écomatériaux se conclut aujourd’hui. FORMES publiera un dossier de fond sur cette filière émergente dans une prochaine édition. Voici un avant-goût !


Lire la suite

Restez informé avec
notre infolettre

M’inscrire...
Merci pour votre inscription, vous devez maintenant confirmer votre abonnement par courriel. Consultez votre boîte de réception.

Vous n’avez pas de compte ?

Créer un compte